Archive for novembre 2010

ERIC CANTONA,LES BANQUES…ET LA REVOLUTION

novembre 26, 2010

CANTONA, LES BANQUES…ET LA RÉVOLUTION

 

Alors que les « sommités » intellectuelles et les philosophes de supermarché (Onfray, Bruckner, Ferry) font leur choux gras avec leurs thèmes racoleurs et vendeurs sur le mariage, la famille et le phallus, ironie de l’histoire, c’est un ancien footballeur, Eric Cantona, qui propose ses propres recettes pour « faire sauter » le système capitaliste. Eric Cantona qui appartenait à une corporation qui n’est pas réputée pour être un parangon de culture et d’intelligence, lance un pavé dans la mare en appelant les millions de grévistes et de manifestants d’opter pour d’autres méthodes plus efficaces pour faire entendre leur voix et pour défendre leurs revendications, retirer leur argent dans les banques et vider leurs comptes bancaires.

 

Ces propos d’Eric Cantona diffusés sur Internet en se tapant la tête non pas contre le ballon rond mais contre le mur l’argent, tombent à point nommé quand on sait  avec quelle énergie et quel empressement les gouvernements européens s’emploient pour sauver aujourd’hui l’Irlande comme hier la Grèce d’une faillite annoncée et pour trouver les sommes qu’il faut pour renflouer les caisses des banques et des institutions financières. C’est tout l’honneur d’Eric Cantona de pointer du doigt le pouvoir de l’argent dans non sociétés actuelles mais à écouter attentivement ses déclarations, on se rend vite compte que ce n’est pas le nouveau Che qui est arrivé et qu’il est loin d’être Lénine, Mao ou Castro du XXIème siècle. Contrairement aux apparences trompeuses et à tous les commentaires qui circulent sur la toile et dans les mass media, Eric Cantona n’a nullement l’intention de chambouler le système en place ou de changer quoi que ce soit aux structures du système capitaliste et encore moins de faire la révolution. Quand on écoute bien ce que dit Eric Cantona, il n’est pas question d’envoyer aux oubliettes de l’histoire et de débarrasser les hommes et l’humanité toute entière d’un système où, deux siècles après, les hommes se demandent tous les matins en se levant comment ils vont pouvoir manger, et Cantona est bien placé pour le savoir, et comment ils vont se loger, en sachant que la nourriture et le logement sont les deux besoins basiques de tout être humain malgré les richesses colossales mais malheureusement accaparées par une poignée de profiteurs et d’exploiteurs. Ce que propose en fait Eric Cantona, ce n’est pas d’en finir une fois pour toutes avec un système destructeur et ravageur ayant ravalé les êtres humains au rang d’une simple marchandise mais de donner quelques idées aux syndicats et de suggérer de nouvelles méthodes et de nouveaux procédés plus efficaces que les manifestations festives et les défilés carnavalesques face à l’offensive du capital et des gouvernements en place qui servent ses intérêts.  

 

Eric Cantona, malgré l’audace de ses idées et l’intérêt indéniable de ses déclarations publiques, se trompe lourdement sur le centre névralgique du système capitaliste qui n’est pas les banques mais la propriété privée des moyens de production, qui est la condition sine qua non de l’exploitation de la force du travail et de la production de la plus-value, de la reproduction simple et élargie du cycle de la production et de la consommation par la masse et le peuple des produits de la déchetterie industrielle. Les propos d’Eric Cantona auraient été plus crédibles s’il avait appelé les vrais producteurs de la plus-value, c’est-à-dire le monde du travail, à cesser le travail pendant 15 jours, trois semaines ou un mois comme en mai 68. Eric Cantona aurait mieux fait de se demander pourquoi, encore aujourd’hui, 42 ans après, le spectre de mai 68 continue à hanter le sommeil de la bourgeoisie, des capitalistes et des gouvernements qui leur sont inféodés. On ne sait pas si Eric Cantona a lu les affichettes placardées dernièrement par l’UMP et le Medef sur les murs des grandes villes durant les dernières grèves pour défendre la retraite à 60 ans, mais le slogan « stop les grèves » en dit long sur le centre névralgique du système capitaliste qui n’est nullement, contrairement à ce que croit Eric Cantona, les banques mais le lieu de travail, les usines et les entreprises, ces camps de concentration spécialement aménagés pour l’extorsion de la plus-value à tous ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre moyennant un salaire, cette fiction et cette supercherie qui font croire au salarié qu’il est payé à sa juste valeur alors que la fiche de paie n’a qu’un seul but: permettre à l’exploité de se soumettre à la dictature patronale et de se reproduire biologiquement pour revenir le lendemain sur le lieu de son exploitation.

 

FAOUZI ELMIR

 

Mots-clés : Eric Cantona, banques, révolution    

 

Publicités

LES TROIS LECONS DU MOUVEMENT SOCIAL EN FRANCE(1)

novembre 4, 2010

LES TROIS LEÇONS DU MOUVEMENT SOCIAL EN France(1) 

 

La nouvelle loi sur les retraites en France a été votée le mercredi 27 octobre par « la représentation nationale » malgré une opinion publique majoritairement hostile à la « réforme » du gouvernement et des millions de manifestants et de grévistes qui battent le pavé depuis deux mois. Comme pour participer à la propagande politique, l’INSEE publie le jour même du vote de la loi sur les retraites, une étude faisant apparaître que les jeunes d’aujourd’hui vivront jusqu’à cent ans. Cela veut dire concrètement que même une retraite à 70 voire à 75 ans, la jeunesse actuelle aura une espérance de vie de 25 à 30 ans après la fin de leur vie professionnelle. Un autre hasard de calendrier, le jour même du vote de la loi sur les retraites, les mass media publiques et privées contrôlées par les groupes capitalistes et leur bras armé, l’État, passent en boucle le soi-disant message de Ben Laden menaçant les troupes françaises en Afghanistan, poussant le ministre de la police et de la répression, Hortefeux, à « rassurer » ses concitoyens sur les dispositifs policiers mis en place à cet effet. Nous n’avons pas attendu les « assurances » de Hortefeux, pour s’apercevoir que nous vivons enfin au sein d’un Etat policier qui recourt à la violence, à la répression et à toutes les formes d’intimidation physique et psychologique pour étouffer les germes de contestation et les conflits sociaux en cours .

 

Cela étant dit, les mouvements sociaux qui secouent actuellement la France mais aussi les autres pays capitalistes européens méritent d’être analysés et expliqués avec un regard critique et d’une façon posée loin de tout sentimentalisme stérile à bien des égards. Comme toujours dans pareilles circonstances, des zélotes, des illuminés et des rêveurs de tout genre commencent à voir dans les contestations sociales en cours le signe ou le début de grands bouleversements, prélude à la grève générale voire même à la révolution. Ceux qui croient que ces mouvements de contestation en France et en Europe annoncent des lendemains qui chantent et son porteurs d’espoir pour l’avenir en ont pour leurs frais, car leurs objectifs et leurs revendications n’ont rien de révolutionnaire et ils sont tout simplement dépourvus de toute perspective politique à moyen et long terme. Si l’on essaie de faire une analyse sociologique des manifestants et des grévistes qui battent le pavé en France et en Europe, on s’aperçoit qu’ils sont en majorité des hommes et des femmes ayant un emploi, qui sont des fonctionnaires et des salariés du secteur public jouissant d’une certaine sécurité de l’emploi et qui cherchent à défendre leur « bifteck », leur « part de gâteau », leurs avantages sociaux et leurs « droits acquis ». Par ailleurs, les syndicats ouvriers qui les représentent et qui les mobilisent, qui parlent en leur nom et qui sont considérés par le patronat et le gouvernement comme des « partenaires sociaux » sont des organisations réformistes, des « syndicats-maison », parfaitement intégrés dans un système capitaliste et participant au même titre que la bourgeoisie, les capitalistes et le gouvernement en place à la gestion des rapports de domination capitaliste. Rétrospectivement parlant, ces organisations de masse réformistes, partis politiques et syndicats ouvriers, c’est du pain béni pour la bourgeoisie et les capitalistes, car ce sont elles qui ont permis au système actuel de se maintenir, de se consolider et de se perpétuer. Au début hostile et parfois hésitants, la bourgeoisie, les capitalistes et les partis politiques qui les représentent avaient compris par la suite tout l’intérêt que représentent sur l’échiquier politique et dans les entreprises et les usines, d’organisations de masse réformistes, partis socialistes, sociaux démocrates, partis communistes qui ont été à l’origine de la dégénérescence et de la corruption du prolétariat et du mouvement ouvrier en optant pour la voie des réformes et le respect des « institutions » et de la « démocratie » et en se battant uniquement pour des objectifs purement bassement matériels, corporatistes et socioprofessionnels comme l’augmentation ses salaires ou la réduction du temps de travail etc. Autrement dit, l’intrusion du réformisme dans le prolétariat et le mouvement ouvrier a conduit à l’étouffement de conscience de classe des victimes de l’exploitation capitaliste en galvanisant leurs énergies non pas vers la destruction et l’abolition du système qui les oppriment mais vers des « réformes » qui, comme chacun sait, sont complètement inoffensives pour le système en place, car elles laissent intacts les rapports sociaux existants en créent un consensus mou, une collaboration de classe et une parodie de démocratie. La bourgeoisie et les classes dominantes dans les pays capitalistes n’ont donc rien à craindre pour le moment de leurs mouvements sociaux qui sont étroitement contrôlées et mis sous coupe réglée par des partis et des syndicats réformistes dont l’objectif est la défense d’intérêts catégoriels et corporatistes. Au risque de choquer plus d’un, les mouvements sociaux et de contestation en en France et en Europe sont des mouvements conservateurs et foncièrement réactionnaires, car ils ne cherchent pas à renverser et à abolir le capitalisme mais tout simplement à défendre bec et ongle un statu quo, des droits acquis et des avantages sociaux. Nous avons du mal à comprendre l’incohérence politique et idéologique de certains groupuscules d’extrême gauche à phraséologie révolutionnaire qui descendent dans la rue pour manifester et défiler côte à côte avec des syndicats et des partis politiques dont les objectifs et les revendications sont tout sauf révolutionnaire.

 

Des mouvements de contestation et les convulsions sociales France et partout ailleurs dans l’Europe capitaliste, on peut tirer trois grandes leçons. La première a trait à la mascarade électoraliste de la « démocratie » capitaliste, la seconde concerne la dégénérescence du mouvement ouvrier suite à sa contamination par le virus réformiste et la troisième porte sur la grande offensive menée par le capital contre le travail depuis le milieu des années soixante-dix du XXème siècle pour récupérer ce qu’il a dû céder dans d’autres circonstances sous la pression des événements et des guerres.

 

PREMIÈRE LEÇON : LA MASCARDE ÉLECTORALISTE DE LA « DÉMOCRATIE » CAPITALISTE