Posts Tagged ‘OTAN’

Les 60 pays amis des rats de Benghazi planchent sur le butin à partager

septembre 1, 2011

Les 60 pays amis des rats de Benghazi planchent sur le butin à partager

jeudi 1er septembre 2011

La date du premier septembre n’a pas été choisie au hasard par les pays amis des rats de Benghazi et des rats tripolitains, les mercenaires de la CIA et de l’OTAN, puisqu’elle coïncide avec le 42ème anniversaire de la révolution libyenne conduite par le colonel Mouammar el Kadhafi contre le régime fantoche et corrompu du roi Idris Sanoussi. Les 60 pays amis des rats de Benghazi représentés par le CNT, réunis à Paris pour débattre de l’avenir de la nouvelle Libye font comme s’ils étaient les vainqueurs de la guerre civile et se comportent comme s’ils étaient les nouveaux maîtres de la Libye post-kadafite. Pour peu que l’on se penche sur la nature des régimes qui ont pris fait et cause pour les rats de Benghazi et pour les jihadistes de Tripoli, nous n’avons aucun mal à tirer la conclusion logique: c’est l’alliance entre d’une part un impérialisme occidental agonisant engagé dans une lutte à mort pour sauver ce qui peut être sauvé et d’autre part ses laquais dans le monde arabo musulman qui tremblent devant la montée des masses et des révoltes populaires qui menacent de balayer leurs régimes réactionnaires et moyenâgeux. C’est cette peur au ventre qui explique les comportements grégaires des classes dirigeants dans l’Occident capitaliste et celles des monarchies féodales du Golfe et de la Turquie Atlantiste.

Cette réunion de Paris en soutien aux rats de Benghazi fait immédiatement penser à la conférence de Berlin de 1884-1885 convoquée par le chancelier allemand Otto von Bismarck pour partager le continent africain entre les puissances impérialistes du moment, Grande Bretagne, France, Belgique, Portugal. Nous avons vu comment cette course à la colonisation de l’Afrique et autres contrées du monde a débouché sur la Première Guerre mondiale et ses millions de morts laissés sur les champs de bataille. Aujourd’hui, un siècle plus tard, le monde est confronté de nouveau au même dilemme et au même fléau que sont le capitalisme et son rejeton naturel l’impérialisme qui sèment la mort et la destruction un peu partout dans le monde. Le dernier épisode en date est la croisade impérialiste en Libye qui a déjà fait des dizaines de milliers de morts parmi les civils sans parler des millions de morts causés par les précédents conflits armés menés par le militarisme et la soldatesque yankee et de ses satellites en Europe et ailleurs.

Les 60 pays réunis à Paris amis pour soi-disant aider les rats de Benghazi vont parler, disent-ils, de l’avenir de la Libye. Mais de quel avenir parlent-ils ? Celui promis par les rats de Benghazi qui représentent même pas 1% de la population ou celui de Mouammar Kadhafi qui a fait de la Libye un pays moderne, qui a tenu tête à six mois de bombardements intensifs et qui a refusé de se mettre les genoux à terre ? La nouvelle Libye des rats de Benghazi, tout le monde peut deviner ce qu’elle sera si par malheur ces mercenaires autochtones de l’OTAN et de la CIA parviendront à prendre réellement le pouvoir à Tripoli, la nouvelle Libye sera une nouvelle colonie comme le sont aujourd’hui le Kosovo et les anciens pays d’Europe de l’Est. Les deux premières mesures que comptent prendre les rats de Benghazi, conformément aux desiderata de leurs maîtres à Washington Londres et Paris, sont faciles à deviner et elles ne sont plus un secret de polichinelle, 1°) la privatisation de la compagnie nationale du pétrole et 2°) la banque centrale libyenne.

Tout compte fait, les 160 millions d’euros que le nouveau rambo et le napoléonite Sarkozy a dépensés pour faire sa guerre contre le régime du colonel Kadaffi reviendront de facto multipliés par dix à la compagnie française Total qui se taillera la part de lion en supplantant les autres compagnies pétrolières et notamment la compagnie du pétrole italienne ENI. Il ne faut pas être un grand marabout pour devenir ce que sera la nouvelle Libye voulue par les rats de Benghazi et leurs maîtres impérialistes, un seul mot suffit pour le qualifier : PILLAGE. Toute la question est de savoir si le peuple libyen connu pour son nationalisme et son anticolonialisme laissera faire les rats de Benghazi et leurs maîtres. Rien n’est moins sûr. En tout cas, ce sont les jours et les mois à venir qui le diront.

FAOUZI ELMIR

Mots-clés : Libye, rats de Benghazi, OTAN, agression, impérialisme.

Publicités

La Libye et la guerre psychologique de l’impérialsime occidental

août 25, 2011

La Libye et la guerre psychologique internationale de l’impérialisme occidental

jeudi, 25 août 2011

Ça y est, Tripoli est tombé entre les mains des rebelles libyens et c’est la fin du règne du colonel Mouammar Kadaffi qui règne sur ce pays de six millions d’habitants et dont les richesses pétrolières sont aujourd’hui l’objet de la guerre coloniale menée par l’impérialisme occidental via son bras armé, l’OTAN et par marionnettes autochtones interposées représentées par le CNT, Conseil National transitoire. Si le naïf Kadhafi n’avait pas abandonné son programme nucléaire et avait renoncé à la fabrication à terme de la bombe atomique, comme arme de dissuasion des pays du Tiers Monde convoités pour ses richesses pétrolières, les impérialistes et leurs affidés autochtones n’auraient jamais osé mettre le pied sur le sol de la Jamahiriya. Il y a fort à parier que si l’Iran n’avait pas résisté sur son programme nucléaire, ce pays aurait été envahi depuis bien longtemps par les impérialistes aidés comme toujours par une élite autochtone arriviste, opportuniste, affairiste et corrompus.

La guerre coloniale menée aujourd’hui contre la Libye par les impérialistes occidentaux était en réalité une guerre programmée bien avant le 17 févier 2011et des opérations militaires de débarquement sur le territoire libyen étaient prévues depuis quelques années. Mais cette guerre coloniale contre la Libye n’aurait pas été possible sans une guerre psychologique déclenchée préalablement par des planificateurs militaires chargés de fabriquer de toutes pièces des alibis et pour inventer des histoires que les serviteurs du grand capital dans les pays impérialistes s’en servent pour légitimer leur entreprise guerrière dans ce pays nord africain. Aucune guerre ne peut être menée sans une guerre psychologique orchestrée préalablement par les États agresseurs qui visent à la reddition de l’ennemi sans tirer une seule cartouche. Mais les techniques et les procédés des guerres psychologiques précédant les guerres sur les champs de bataille se sont transformés et perfectionnés au fur et à mesure de l’évolution et du développement de la technologie des moyens de communication à distance notamment la maîtrise des procédés de transmission du son et de l’image à distance. Malgré le perfectionnement des moyens techniques mis en œuvre dans le cadre de la guerre psychologique, le but de cette dernière reste inchangé: la victoire sur l’ennemi soit par simple capitulation soit son anéantissement physique pur et simple.

Pour atteindre cet objectif, les stratèges de la guerre psychologique recourent à des techniques et des procédés appropriés comme la fabrication de l’image d’un ennemi réel ou fictif que l’on veut abattre en la caricaturant et en la déformant au maximum telle sorte qu’elle puisse apparaître aux yeux de l’individu lambda et de l’opinion publique pour en faire un monstre. Parmi les techniques utilisées, il y a la volonté d’encourager et de mobiliser son propre camp, l’art de paraître comme victorieuse, d’encourager son propre camp et de décourager et de démobiliser moralement le camp adverse; l’art de tromper pour pousser l’adversaire à prendre des décisions erronées et parfois fatales; l’art de voir et de cacher; l’art de leurrer et de l’art de croire et de faire croire. Une guerre psychologique aurait atteint son objectif si l’image de l’ennemi est déjà ancrée dans l’image du peuple et si tout le monde croit que c’est ennemi là qu’il faut abattre.

Souvenons-nous le colonel Libyen était l’ami de l’Occident qui lui a déroulé le tapis rouge avant que la guerre psychologique de l’impérialisme occidental et sa propagande politique n’en fassent un dictateur et un tyran. Avant lui, Saddam Hussein était l’ami de l’Occident qui s’en était servi pour abattre la jeune « révolution » iranienne avant que la guerre psychologique et la propagande politique de l’Occident impérialiste ne le transforme en un monstre, en dictateur, en tyran détenteur des armes de destruction massive, les fameuses ADM. Souvenons-nous comment la guerre psychologique ayant préparé la guerre sur la Serbie a fabriqué l’image d’un Milosevic, méchant, sanguinaire et cruel massacrant les gentils bosniaques et kosovars présentés comme des gentils agneaux. Souvenons-nous aussi la guerre psychologique orchestrée par l’Occident capitaliste et impérialiste a fabriqué l’image d’un Staline, tyran, sanguinaire et dictateur.

Pour mener à bien sa guerre coloniale et pour piller le pétrole de ce pays en toute impunité, la guerre psychologique menée la coalition impérialiste atlantiste recourt aux mêmes techniques et procédés que durant les deux guerres du Golf, la guerre contre l’ex-Yougoslavie et la guerre en Afghanistan. Cette guerre psychologique orchestrée par les impérialistes vise à fabriquer d’une part, l’image du ou des bienfaiteurs (s), il faut traduire, les rapaces et les vautours occidentaux présentés comme les sauveurs providentiels des populations libyennes martyrisées et d’autre part, celle d’un colonel libyen sanguinaire et un dictateur impitoyable alors que les « rebelles de l’OTAN » sont dépeints des gens sympathiques, des grands démocrates, des individus et des groupes victimes de persécution comme furent jadis les « gentils » bosniaques et les « gentils » kosovars, soi-disant victimes du « sanguinaire » Milosevic. Les techniques que l’on peut facilement remarquer dans la guerre psychologique de l’Occident impérialiste, il y l’art de paraître et de faire-croire que l’arrivée des « rebelles de l’OTAN » à Tripoli marque la fin du règne du colonel Kadhafi alors que les combats font rage non seulement à Tripoli mais un peu partout sur le territoire libyen et que contrairement aux sirènes de la propagande politique dans les pays agresseurs, les loyalistes ont repris l’offensive dans la capitale libyenne dans d’autres régions comme Al Zawara et Abu Jawad. La preuve que la prise par les « rebelles de l’OTAN) de Bab Al-zizia à Tripoli est plutôt de la poudre aux yeux, les combats continuent dans le secteur et les loyalistes ont repris l’offensive en bombardant l’ancienne résidence du colonel Kadaffi. Une vraie victoire se décide non pas sur les écrans de télévision mais sur le terrain et à l’heure actuelle, bien qu’ayant perdu le centre ville de Tripoli, ce sont les loyalistes qui passent à l’attaque et les « rebelles de l’OTAN » sont réellement piégés dans le centre de la ville entre les tirs des snipers postés sur les immeubles et les obus lancés par l’artillerie du quartier contigu de Bab Al Azizia. Une dernière preuve du décharnement du camp impérialiste et de ses marionnettes autochtones, est la hausse soudaine du prix du pétrole Brent à plus de 109 dollars, ce qui signifie que la guerre contre le colonel Kadhafi n’a pas terminé et que les rapaces et les vautours qui tournoient autour des champs pétrolifères libyens ne sont pas encore a bout de leur peine. Bien au contraire, la guerre de libération nationale menée par les troupes loyalistes du colonel Kadhafi ne fait que commencer et dans les prochains jours les impérialistes atlantistes vont découvrir que leurs marionnettes autochtones sont un groupement hétéroclite made NATO dépourvu de toute assise sociologique et de toute légitimité politique leur permettant d’unifier et de gouverner un pays, que le CNT s’apparente davantage à une bande d’opportunistes, d’affairistes et de mercenaires comme leurs comparses afghans et irakiens, les Karzai et les AL- Maliki attirés par l’appât du gain et par ramasser les quelques miettes que leurs maîtres atlantistes auront laissées sur leur table de festin et que finalement c’est le dictateur qui représente réellement les sentiments profonds de son peuple et qui jouit encore d’une popularité sans égale surtout depuis la guerre coloniale menée contre son pays.

FAOUZI ELMIR

Mots-clés : guerre psychologique, guerre coloniale, Libye, OTAN.

Après l’Irak, la Libye recolonisée ?

août 22, 2011

Après l’Irak, la Libye recolonisée ?
Lundi le 22 août 2011

Pour commencer cet article, je voudrais m’associer aux animateurs du Réeau Voltaire pour exprimer mes vives inquiétéudes face aux menaces de mort proférées contre Thierry Meyssan Président fondateur du célèbre site et contre Mahdi Darius Nazemroaya, chercheur associé du centre for Resarch on Globalization.( http://www.voltairenet.org/fr)

A en croire les images diffusées en boucle et sur les sites internet des mass media asservies en Europe, aux Etats-Unis et surtout leur clone arabe, la chaîne qatariote, Al-Jazeera, les « révolutionnaires » libyens arrivent enfin à Tripoli mettant fin à 42 ans de règne du colonel Khadaffi et annonçant une « nouvelle ère » avec l’édification d’un « Etat islamique modéré ». Les images montrées par des media et une presse tenus en laisse par les pays agressurs de la coalition impérialiste, de « révolutionnaires » libyens en liesse sont en réalité des images bidonnées pour le besoin de la cause car on a du mal à croire que ce sont quelques pantins et quelques marionnettes financés et manipulées par leurs maîtres à Washington, à Londres, à Paris ou à Berlin qui ont réussi à entrer à Tripoli, à fêter leur « victoire » et à occuper quelques quartiers de la ville. Ce qui s’est réellement passé depuis samedi soir, et Thierry Meyssan l’explique bien dans ses deux derniersartiles datés du Samedi 20 août et de ce lundi matin, ce sont des opérations militaires de dbarquement menées essentiellement par les forces de l’OTAN qui ont ené une offensive de grande ampleur, par air, mer et sol aidés par leurs marionnettes autochtones, le CNT et ses soi-disant combattants. (http://www.voltairenet.org/Carnage-de-l-OTAN-a-Tripoli. Les responsables de l’OTAN et ceux des pays participant dans l’agression contre le peuple libyen savent pertineent que le colonel Kaddafi n’a jaaisété aussi populaire que depuis qu’ils ont commencé à bombarder les populations civiles au ois de mars dernier. C’est pourquoi, ayant perdu tout espoir de déloger le colonel Kaddafi avec l’aide de leurs pantins autochtones, les pays impérialistes et leur bras armé, l’OTAN, ont changé de tactique en optant acrrément pour un engagement direct de leurs forces spéciales sur le terrain comme l’explique fort justement Thierry Meyssan.

Après l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak par l’iéprialsieaéricain et ses satellites, aujourd’hui c’est la Libye qui est en train d’être recolonisée, avec toujours à la clé le pillage du pétrole et de mettre des pantins locaux qui ont la charge de protéger les intérêts de leur maître et de leurs commanditaires en Occident. Aujourd’hui, avec le recul, la volonté de recoloniser la Libye pour faire main basse sur son pétrole remonte non pas au début des événements en Libye ais bien avant avec des plans de débarquement et d’occupation d’une partie du territoire libyen, sur tout sa partie abritant les puits de pétrole. http://www.voltairenet.org/Washington-planifie-une-occupation Alors que les opérations militaires ne sont pas encore terminées en Libye que les compagnies pétrolières des pays impérialistes comment à se disputer sur le partage du gâteau. La compagnie italienne qui s’occupe aujourd’hui de la production du pétrole en Libye, ENI, lutte pour garder le gros morceau du gâteau qui est également convoité par d’autres compagnies comme la compagnie nationale du pétrole de Qatar, des compagnies européennes et américaines, BP, Shell, Total etc. Il faut rappeler que la Libye produit actuellement 1,6 million de barils par jour et ses réserves sont estimés à 80 ans. Avec les événements libyens et la guerre impérialiste qui s’y déroule actuelle pour le contrôle des ressources des pays sirués à la périphérie, on se croit à la veille de la Première Guerre mondiale et à ce propos, on peut dire que la théorie léniniste de l’impérialisme n’a pas pris une seule ride depuis cent ans.

Vu l’histoire de la Libye et sa lutte héroîque non seulement italienne aussi contre l’empire Ottoman, le peuple libyen va-t-il accepter que son pays soit recolonisé une fois de plus ? L’histoire le dira.

FAOUZI ELMIR

Mots-clés : Libye, guerre,